Les Nations Unies veulent ton pistolet

Par David B Kopel, Wall Street Journal, 8 juillet 2006 ; page A11

Traduit par Melanie Lewis

[ En anglais. ] [En polonais. ]

Hier la conférence des nations unies des armes légères a fini, à peine notée par les médias. C'est tant pis, parce que cette réunion, et l'initiative dont elle est une pièce, méritent plus d’attention publique -- et la censure -- qu'elle obtient.

Certes, la conférence a attiré l'attention hostile du « National Rifle Association », grâce à laquelle environ 100.000 lettres et cartes postales a inondé l’Onu. En réponse, la président de la conférence, Prasad Kariyawasam du Sri Lanka, a insisté que la conférence « n’adresse pas de tout la possession légale » tandis que secrétaire général Kofi Annan promettait que «nous ne voulons nier aux citoyens respectueux de la loi le droit de détenir des armes conformément à la législation de leur pays. » Les deux déclarations sont sournoises.

L’Onu a longtemps demandé que les armes à feu ne doivent jamais être transférées aux « acteurs non étatiques » -- c'est-à-dire, les entités qui sont ni des gouvernements ni approuvées par le gouvernement. Seulement l'intransigeance de John Bolton a empêché l’insertion de la règle « acteurs non étatiques » dans le programme d’action de la conférence des armes légères en 2001. Mais l’Onu continue à insister pour la règle « acteurs non étatiques » -- qui, si adoptée, ferait la vente des armes à Taiwan (qui, selon l’Onu, n’est pas un état) une violation de la loi internationale. Il en ferait illégal également la vente des armes aux groupes qui résistent la tyrannie ou le génocide actuellement.

L’année dernière Unesco et Unicef a financé les défenseurs d’un référendum brésilien pour proscrire la possession des armes à feu par les citoyens. Il a été rejeté par 64 % des électeurs. Il y a quelques mois, lors d'une réunion préparatoire  pour la conférence des armes légères de cette année, Rubem Fernandes, chef de Viva Rio (le groupe de prohibition financé par l’Onu) a expliqué ce qu'il avait appris de l'expérience : « la première leçon est, ne fait pas confiance à la démocratie directe. »

Le fer de lance de la campagne de prohibition de pistolet de l’Onu est une ONG par le nom d'IANSA (International Action Network on Small Arms ; réseau d’action internationale sur les armes légères). Ce consortium de groupes de prohibition de pistolet basé à Londres, y compris les lobbies américaines telles que la « marche d’une million mères » et la « campagne de Brady », a envoyé un grand personnel à la conférence des armes légères, certaines d'entre elles ont servi comme des délégués nationaux. Le chef d'IANSA, Rebecca Peters, ne hache pas des mots : « nous voulons voir une réduction drastique de la possession des pistolets à travers le monde. »

Barbara Frey, un membre d'IANSA, a été nommée par l’Onu comme « Rapporteuse spéciale sur la prévention des violations des droits de l'homme commises à l'aide d'armes de petit calibre et d'armes légères. » Mme. Frey, un professeur de loi à l'université du Minnesota, croit que c'est une violation de droits de l'homme si un gouvernement n'exige pas que les propriétaires de pistolet avoir un permis restrictif, sous lequel la « possession des armes légères ne sera qu’autorisée pour des buts spécifiques ; des armes légères seront utilisées strictement pour le but pour lequel ils sont autorisés. » Si on acceptait cette doctrine, elle transformerait immédiatement le gouvernement des États-Unis et chaque État américain en violateurs de la loi internationale.

Néanmoins, L’Onu ne parle pas des violations extrêmes de droits de l'homme, étant commises au nom de la régulation des armes de l’Onu. Dans les régions frontalières du Kenya et de l'Ouganda, les opérations militaires brûlent des villages, confisquent les bétails aux tribus pastorales, torturent, assassinent, pillent et transforment 100.000 personnes aux réfugiés, dont un bon nombre se meurent de faim. Ces atrocités sont commises en conformant au protocole de Nairobi, un traité régional de l’Onu qui oblige les gouvernements signataires à éradiquer la possession de pistolet non autorisée.

En bref, le protocole de Nairobi était une justification pour l’épuration ethnique. Juin 26, après cinq ans de telles atrocités, le programme des Nations Unies pour le développement a finalement découpé le financement pour le désarmement ougandais (l’Onu finançait la reddition volontaire de pistolet, pas la campagne militaire). Jusqu'ici aucune mesure n'a été prise concernant des abus de désarmement au Kenya.

Pareillement, la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (Cedeao), sous la conduite de l’Onu, a interdit l’importation des armes à feu sauf ceux pour l’usage du gouvernement. Bien que des groupes de droits de l'homme aient averti que deux pays de Cedeao -- la Côte-d'Ivoire et la Guinée -- sont sur le point de génocide, il semble que l’Onu soit déterminé de maintenir les victimes potentielles de génocide aussi délaissées et sans défense que les victimes de génocide dans Darfour.

La bureaucratie de l’Onu et les lobbies de prohibition de pistolet ont su qu’elles ne pourraient pas obtenir tout qu’elles voulaient de la conférence de 2006. Convenablement, elles veulent maintenir le processus des « armes légères » avec plus de conférences dans des années prochaines -- quand une nouvelle administration des États-Unis pourrait accueillir plutôt que résister à des efforts internationaux de mettre la fin au deuxième amendement. Il y a un précédent pour ceci : pendant les années 90, comme la campagne de l’Onu contre les armes légères grandissait, l'administration de Clinton était un défenseur enthousiaste -- refusant même de se joindre aux délégations latino-américaines qui ont déclaré que quelques pays avaient des traditions de possession des pistolets sportifs légitimes.

D'ailleurs -- et c'est une subtilité que les américains commencent à comprendre maintenant -- aucun « programme d'action » de ceci ou de n'importe quelle future conférence des armes légères ne doit être légalement obligatoire afin de le rendre légalement obligatoire. Les lobbies de prohibition de pistolet travaillent déjà pour réclamer qu'il y a une « norme » internationale contre la possession des pistolets par les citoyens. (Une « norme » internationale est semblable au « common law » – plutôt que le droit international créé par des traités officiels.)

Les preuves de la norme, bien sûr, viennent de l'accumulation progressive des déclarations internationales, des confiscations et des restrictions nationales que les lobbies de prohibition de pistolet et leurs alliés du gouvernement travaillent tellement assidûment pour instituer. La cour suprême des Etats-Unis a, en attendant, cité récemment des traités non-ratifiés comme preuve des normes internationales qui devraient guider l'interprétation de notre constitution.

Le programme de régulation des armes de l’Onu, dont la conférence des armes légères de cette semaine est une partie, a déjà causé la douleur massive et la perte des libertés civiles dans beaucoup de nations autour du monde. Les Américains seraient bêtes d’imaginer qu’ils seront toujours immuns. 

---

M. Kopel est l’administrateur de recherche du « Independence Institute »


Partager cette page :

| More

Suivez Dave à Twitter.

Cherchez Kopel website :

 

Kopel RSS feed Cliquez sur l'icône pour obtenir les mises à jour RSS / XML de ce site, et de blogue de Dave.

Rien écrit ici ne doit être interprété selon les besoins représenter les vues de l'Institut de l'Indépendance ou comme tentative d'influencer n'importe quelle élection ou action législative. Veuillez envoyer les commentaires à l'Institut de l'Indépendance, 727 East 16th Avenue, Denver, Colorado, 80203, États-Unis. téléphone 303-279-6536. (e-mail) webmngr @ i2i.org

Copyright © 2014